Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

21 fév.
2013
1ère partie : "« Le maintien à domicile » : jusqu’où ne pas aller trop loin?"
14h30 à 17h00 - Amphithéâtre de l’UOG – Place des Grottes 3, Genève
Entrée libre
 
animé par Mme Brigitte Thibault, infirmière et responsable des Pratiques professionnelles à l’IMAD (Institution genevoise de maintien à domicile, ex FSASD).



Chacune et chacun souhaite rester chez elle et chez lui le plus longtemps possible, voire même y mourir sans aller à l’hôpital. Mais dans la réalité, bien peu de gens réalisent ce souhait : pourquoi ? Le 1er février 2010 est entrée en vigueur à Genève la Loi sur le réseau de soins et le maintien à domicile (LSDom) : quelles sont les conditions mises pour la réalisation de ce choix politique ? Quelles sont les structures de soins existantes aujourd’hui pour épauler les personnes et leur famille ?

Les Jeudis de la FAAG des 21 février et 14 mars prochains vont aborder cette question importante pour les aînées et aînés : quelles sont les conditions du maintien à domicile ? Et quelles sont les limites à ne pas franchir ? Ce sont autant des questions pratiques, que des questions morales et éthiques qui seront évoquées et discutées avec le public.
Le Jeudi 21 février, Mme la Doctoresse Dominique Hegelbach, médecin de famille installée en cabinet depuis plus de 20 ans et médecin-répondant d’un EMS, consultante à domicile et spécialiste des questions des soins palliatifs dialoguera avec le public à partir de cas concrets.

Tout d’abord, est-ce un désir réaliste ? Est-il réalisable ? Quelles sont les conditions pour que cela soit possible ? Quels sont les critères, s’il y en a, qui influencent ce type de décision ? L’argent est-il la solution ? Pourquoi faut-il accepter des infirmières, des aides pour les soins de base, des aides-ménagères, ou des repas à domicile ? Lorsque je serai très malade, voire en fin de vie, atteint de troubles cognitifs (par ex. Alzheimer) ou impotent, ai-je le droit d’imposer à mon conjoint, à mes enfants, ou à mes proches mon désir de rester à la maison à tout prix ? Quels sont les risques si on dépasse la limite ?