Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

6 mai
2010
Maltraitance des personnes âgées
1ère partie : « De quoi s'agit-il ? Que faire ? »
14h30 à 17h00 - Auditorium de l’UOG – 3, place des Grottes - Entrée libre
Exposé introductif Delphine Roulet Schwab,
Membre du Comité d'ALTER EGO et Professeure à la Haute Ecole de la
Santé La Source (Lausanne), Dr. en psychologie:
  • Définitions
  • Types de maltraitance
  • Situations et mécanismes à risque
  • Comment reconnaître les maltraitances?
  • Que faire ?
  • Comment rebondir ?

Echanges en atelier(s) :
  • Nos expériences
  • Comment reconnaître la maltraitance?
  • Comment (ré-)agir ?


 



Les abus envers les personnes âgées, désignés en français comme
« maltraitance », ne sont pas toujours intentionnels. Souvent aussi involontaires, les
actes de maltraitance, omis ou commis, peuvent prendre moult formes :
  1. Violence physique: coups, bousculade, médicaments refusés ou administrés
    de force, personne attachée à son lit, plus rarement: les abus sexuels, …
  2. Violence psychologique: dénigrement, injure, mépris, intimidation ou chantage
  3. Abus financiers et matériels: vols, détournements de fonds, procuration frauduleuses, rente AVS dilapidée par un proche, achat ou vente forcée,appropriation d'un héritage, …
  4. Violence civique : privation des droits élémentaires du citoyen, privation de papiers d’identité, de bulletin de vote, ouverture du courrier, …
  5. Violence médicamenteuse : abus de neuroleptiques ou privation des médicaments nécessaires (douleur, dépression), …
  6. Négligence active (avec intention de nuire) ou passive (sans intention de nuire): privation des aides indispensables à la vie quotidienne, oublis,abandon, manque de stimulation sensoriel, placement arbitraire…
Quel qu’en soit le type, la maltraitance entraîne des souffrances et des douleurs
inutiles pour la victime et souvent aussi pour son auteur. Elle constitue une atteinte
aux droits fondamentaux, à la dignité et à la qualité de vie de la personne âgée.
En Suisse romande, la maltraitance envers les aînés est devenue un sujet de
préoccupation il y a une dizaine d’années seulement. En 2002, une association pour
la prévention de la maltraitance des personnes âgées (ALTER EGO) a été créée par
des professionnels du terrain, des experts du milieu académique et des
représentants de groupes de défense des intérêts des personnes âgées.
Néanmoins à ce jour bien peu de cas de violences envers des individus âgés sont
signalés à la police, à la justice et aux services de médecine des violences. Cette
invisibilité ne signifie nullement que la maltraitance des aînés n’existe pas dans notre
pays. Des données de l’Office fédéral de la statistique (2000) indiquent en effet que
3,9% des personnes de plus de 65 ans vivant en ménage privé disent avoir été
victimes de violences (psychologiques, physiques et financières) au cours des douze
derniers mois.
Par ailleurs, selon le regretté pr. Charles-Henri Rapin (exposé à Bruxelles 17.3.08 ) :
  • 4-5 % des aîné-e-s vivant chez eux sont maltraité-e-s
  • 10% des aîné-e-s séjournant en hôpital ou vivant en milieu institutionnel
  • selon son expérience, il soupçonne que 10-12 % des aîné-es fragiles sont maltraité-e-s, qui équivaudrait à 60’000 personnes en Suisse et entre 3000 à 5000 à Genève !
__________________________________________________________________________
Les Jeudis de la FAAG du 6 et du 20 mai 2010 proposent de sensibiliser les participants
– personnes âgées et professionnel-le-s - aux formes et aux mécanismes de la
maltraitance et d’offrir un savoir de base pour reconnaître des actes de maltraitance et
pour identifier ensemble des comportements adéquats lorsque l’on se trouve confronté à
des situations de maltraitance ou risquant de susciter des actes de maltraitance.
_____________________________________________________________________________________________________
Confronté(e) à des situations de maltraitance ou pour tout simplement en savoir
plus ? N’hésitez pas à appeler la permanence téléphonique d’ALTER EGO.
Association pour la prévention de la maltraitance envers les personnes âgées :
0848 00 13 13 (tarif local)